Les lectures de Lili... Et un peu de ma vie aussi...

02 septembre 2014

Sexe, mensonges et banlieues chaudes - Marie MINELLI

Sexe, mensonges et banlieues chaudes – Marie Minelli-Liliba0 Le premier mardi, c'est permis Stephie

 LC avec Sophie

0 Lectures communes

 

 

Auteuil, Neuilly, Passy : c´est pas du gâteau
Auteuil, Neuilly, Passy : tel est notre ghetto.

Bien sûr, les problèmes de petite fille riche de Sara pourront en énerver plus d’un, mais on peut aussi s’en amuser avec légèreté… Même si l’on sait que ces gens-là existent IRL et ressemblent point par point à la description de l’auteur, aussi vides, vains et superficiels que dans le roman… mais… riches, immensément riches, et vivant de ce fait quasiment dans un monde parallèle au nôtre… Marques, mets de luxe, hôtels de prestiges, résidences secondaires, vacances de rêve à l’autre bout du monde, et surtout, jamais jamais de question à se poser sur l’état de son compte en banque, alors que je vérifie tous les jours la profondeur du gouffre de mon découvert… Nous ne vivons pas sur la même planète ! Mais ces gens-là existent bel et bien (j’en ai rencontré pas mal à Paris quand j’étais plus jeune…) et on les retrouve aussi dans la vidéo culte des Inconnus… que je me suis amusée à regarder : c’est tout à fait le contenu du roman ! (et toute ma jeunesse !!!)

Donc plutôt que de m’offusquer du manque de cervelle, ou tout du moins de sens commun et pratique de la demoiselle, de son caractère gâté et de ses lubies, j’ai choisi de lui donner sa chance, et du coup passé un bon moment avec cette lecture. Qui bien sûr ne sera pas impérissable, mais est loin d’être pire que certains romans légers du genre. Au moins celui-ci a-t-il le mérite de n’être pas trop mal écrit, et de garder malgré tout une certaine fraîcheur et même parfois un ton humoristique assez agréable. Bon, il faut aussi faire abstraction des clichés véhiculés, bien lourds sur les milieux aisés et la banlieue…

Bref, Sara a un problème existentiel : elle doit épouser sous peu Amaury de Saint Sauveur, un très bon parti et ami de longue date, mais elle a l’impression de ne pas être vraiment amoureuse, de ne rien ressentir pour ce garçon qui aurait même tendance à l’énerver, voire la dégouter et qui ne lui fait pas un seul titillou au creux du ventre… Comme elle n’est pas si cruche que ça, elle se rend compte que même ses millions et sa situation familiale ne l’aideront pas à être heureuse, et elle recherche… ah, des frissons, de la vie, de la vérité !

De plus, la jeune femme ne veut pas devoir son boulot aux relations de sa mère (éditorialiste chez Elle) ou de son père et veut trouver sa voie seule, pour prouver enfin sa valeur professionnelle, ce qui est tout à son honneur. Elle passe donc un entretien à l’aveugle (CV envoyé sans nom ni photo) et se fait passer pour une Marocaine vivant à Saint-Denis… On se doute bien que se fondre dans ce milieu est impossible pour Sara (et là, d’ailleurs, l’histoire ne devient plus du tout crédible, alors qu’auparavant, sur son milieu de gamine riche, elle avait des relents de vérité), mais ça ne l’empêche pas d’être attirée par le très beauuuuuu et trèèèèèès mystérieux Djalil… En avant pour la partie roucoulade nunuche et les fantasmes à deux balles de la belle, mais encore, je dis et redis que j’ai lu carrément bien pire et que cette histoire est plutôt gentillette et pas mal tournée (et très soft pour ce qui concerne les passages soit-disant « cul » : pour les « vraies scènes de sexe » promises par la 4ème, on repassera…). Bien sûr, pas moyen de croire un seul instant à la fin, où Sara quitte son Neuilly natal pour vivre l’amour fou et passionné de l’autre côté du périph… faut pas pousser non plus !

 

Un roman lu également par Yv, Noann, Leiloona, JérômeHélène, tous bien moins gentils que moi !!!!

Un petit mot à mon cher Jérôme qui cherche sans doute encore ce que veut dire « sentir la bite », une expression trouvée dans le roman, mais qui ne me semble à moi pas du tout obscure... On dit bien de quelqu'un qu'il "sent le sexe" (en tout cas, je ne sais pas si ça se dit partout, mais mon amie Marie et moi, nous utilisons cette expression !) et donc, j'imagine que "sentir la bite" veut dire la même chose : un sexappeal intense, ou tout du moins un corps ou un comportement qui appellent au sexe... Faut sortir le dimanche !!!! (très différent en effet de "sentir DE la bite", ainsi que le souligne Jérôme, mouarf !).

 Merci aux Éditions La Musardine pour cette lecture légère parfaite pour l’été !

 

0 challenge amoureux 2014

 

 

 

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


01 septembre 2014

La rentrée, et qu'est-ce que j'ai lu pendant les vacances ?

C_est_lundi_que_lisez_vous

Coucou, c'est la rentrée ! Après cette longue pause, me voilà de nouveau parmi vous. J'ai hésité à arrêter totalement mon blog, car mon temps est vraiment compté, mais impossible de m'y résoudre... Je reprends donc les rennes, mais peut-être un peu plus en douceur... Je vais laisser plein de challenges en stand-by, être sans doute moins régulière, mais cependant essayer malgré tout de venir vous lire, parce que ça me manque !!! Pour dire à quel point j'ai été débordée : je n'ai pas encore mis mon nez sur un seul titre de la Rentrée Littéraire...

Chez Stéphie, un nouveau challenge à contre courant qui devrait plaire à beaucoup ! Avec Les anciens sont de sortie, on ressort ses bouquins des rentrées littéraires des années précédentes... oui, vous savez bien, ceux sur lesquels on s'est précipités, et qu'au final on a laissé ignomigneusement prendre la poussière... Je suis certaine que vous allez en trouver quelques uns dans votre PAL !!!

0 Challenge Les-anciens-sont-de-sortie1 stéphie 

A noter aussi que Galea reprend son Non-Challenge Pépites...   

0 challenge pépites Galea 2014-15 

Et que Sophie reprend avec courage le Challenge Rentrée Littéraire

challenge-1-2014

 

 

Lecture et écoute en cours

 Profanes - Jeanne Benameur (audio)

Je n'en suis qu'au début, mais est-ce que tout le roman est aussi lent et déprimant que les premiers chapitres ? parce qu'avec la version audio, on a envie de se suicider... pas optimum pour mon moral qui aurait plutôt besoin de remontants !!!

Les brumes des apparences - Frédérique Deghelt

Profanes - Jeanne Benameur Liliba Les brumes des apparences - Frédérique Deghelt Liliba

 

Lectures ou écoutes de mes vacances

Les morsures du passé - Lisa Gardner (livre audio)

Sexe, mensonges et banlieues chaudes - Marie Minelli - LC le 2 septembre avec Sophie

L'emprise - Marc Dugain

Contre coup - Nathan Filer

Pharao-nique ! – Thierry Do espirito  

Le chuchoteur - Donato Carrisi

LC courant septembre (ou plus tard !) avec Marjorie de Chroniques Littéraires et Alexielle. Qui d'autre ?

Confiteor – Jaume Cabré  (Actes Sud 772 pages)

LC prévue pour le 4 septembre avec Philisine,  Idéal pour le pavé de l'été de Brize !!!

La grâce des brigands - Véronique Ovaldé

 LC chez Enna le 10 septembre avec Sophie et si on y arrive, Lysée et moi...

Rush 2 : Nuit noire - Phillip Gwynne

L'oubli - Emma Healey

Chambre 507 - J.C. Huytchins & Jordan Weisman

Moi, empereur du Sahara - Jean-Jacques Bedu

Maudit karma - David Safier

Une dernière danse – Victoria Hislop - LC 19 septembre avec Miss Alfie 

Confiteor – Jaume Cabré-LilibaLes morsures du passé-Lisa Gardner-LilibaLe chuchoteur- Donato Carrisi-Liliba

Sexe, mensonges et banlieues chaudes – Marie Minelli-Liliba Pharao-nique ! – Thierry Do espirito-LilibaLa grâce des brigands - Véronique Ovaldé-Liliba

L'oubli - Emma Healey LilibaRush 2 Nuit noire - Phillip Gwynne LilibaContre coup - Nathan Filer Liliba

L'emprise - Marc Dugain LilibaChambre 507 JMoi, empereur du sahara – Jean-Jacques Bedu-Liliba

 Une dernière danse – Victoria Hislop-LilibaMaudit karma - David Safier-Liliba

Billets à venir

Room - Emma Donoghue

Instinct primaire - Pia Petersen

Les évaporés - Thomas B. Reverdy  

Néant écarlate - Muriel Mourgue

La cuisinière d'Himmler - Franz-Olivier Giesbert

Monster - Patrick Bauwen (livre audio)  

Docteur Sleep - Stephen King (livre audio)

Yeruldelgger - Yan Manook 

La petite communiste qui ne souriait jamais - Lola Lafon

Une vie entre deux océans - M.L. Stedman (livre audio)

La relieuse du gué - Anne Delaflotte Mehdevi 

Mauvaises eaux - Inger Wolf

Fleur de tonnerre - Jean Teulé 

Les mensonges - Karen Perry

La marquise de Sade – Mireille Calmel

 Room - Emma Donoghue Lectures de Liliba  Les évaporés - Thomas B 

 La cuisinière d'Himmler - Franz-Olivier Giesbert Lectures de LilibaMonster - Patrick Bauwen Lectures de LilibaYeruldelgger - Yan Manook Lectures de Liliba

 Docteur Sleep - Stephen KING Lectures de Liliba La petite communiste qui ne souriait jamais-Lola Lafon-Liliba Une vie entre deux océans-M

La religieuse du gué - Anne Delaflotte Mehdevi-Liliba Mauvaises eaux - Inger Wolf-LilibaFleur de tonnerre - Jean Teulé Lectures de Liliba 

Les mensonges - Karen Perry-LilibaLa marquise de Sade – Mireille Calmel-Liliba

Lectures prochaines... Bien sûr, je n'ai presque rien lu de ce que j'avais prévu cet été...

Regardez si on peut se faire des LC !

Les revenants - Laura Kasischke (LDP 664 pages) - LC avec Chroniques litté et Alexielle pour Halloween

Labyrinthe - Kate Mosse (LDP 821 pages) - LC avec Chroniques litté et  Alexielle(à la base fin septembre, mais pas sûr que je l'ai terminé !!! ça sera plutôt octobre !)

Les disparus - Daniel Mendelsohn (J'ai lu 923 pages) - LC courant octobre avec Miss Léo 

Le tribunal des âmes - Donato Carrisi 

La chambre d’Hanna -  Stéphane Bellat 

Noublier jamais - Michel Bussi

Hypothermie - Arnaldur Indridasson - LC avec Belette, date à trouver...

Canada – Richard Ford - LC prévue avec Béné - date à trouver

Les matins d’émeraude – Eva Ibbotson 

Le miroir brisé – Jonathan Coe 

Les demeurées – Jeanne Benameur 

Les reliques – Jeanne Benameur 

Binevenue au cast – Pascale Perrier Diglee 

La promesse de Lola – Cécilia Samartin 

La merveilleuse boutique de crèmes glacées – Abby Clements 

La ballade d’Hester Day – Mercedes Helnwein 

Une histoire délicieuse - Willa Marsh - LC avec Cynthia un de ces jours on ne sait pas quand...

Les vies parallèles de Greta Wells - Andrew Sean Greer

Expo 58 - Jonathan Coe - LC avec Cynthia un de ces jours on ne sait pas quand...

L'invention de nos vies - Karine Tuil

La garconnière - Hélène Grémillon -  LC avec Cynthia un de ces jours on ne sait pas quand...

Un fleuve de fumée - Amitav Gosh

Du temps de cerveau non disponible (Causse & Urien) 

Le parapluie rouge – Anna de Sandre 

Osez 20 histoires de sexe en 2050 

Les murmures de la terre – Véronique Biefnot 

Toile d’araignée – Calouan 

Carabosse, la légende des cinq royaumes – Michel Honaker 

Fais-le pour maman – François-Xavier Dillard 

Au pays des kangourous – Gilles Paris

Deux secondes de trop – Rachel Joyce 

Sex in the kitchen – Octavie Delvaux

Mon nom est Dieu – Pia Petersen

A l’heure où les hommes vivent – Delphine de Malherbe 

Dimanches d’août – Patrick Modiano 

Danse noire – Nancy Huston (kdo swap Galea)

L’ogre ou le doigt de la vierge – Jacques leveau

Le secret de la vieille bourse – Bernard Guérin

Potes pour la vie – Ingvar Ambjornsen

Aime-moi – Alexandra Friscia

Dernier tango à Lille – Blandine Lejeune

Festina lente – Nadine Ribault

L’enfant de l’amour – Sheila Kohler 

Les saisons de Louveplaine – Cloé Korman

Qui a suicidé Pamela Janis Petersen ? Muriel Mourgue

Le peigne de Cléopâtre -  Maria Ernestam

Les disparus - Daniel Mendelsohn-LilibaLes revenants - Laura Kasischke-LilibaLabyrinthe - Kate Mosse-Liliba 

Le tribunal des âmes - Donato Carrisi-LilibaNoublie jamais - Michel Bussi-LilibaHypothermie - Arnaldur Indridasson-Liliba

Osez 20 histoires de sexe en 2050-LilibaSex in the kitchen – Octavie Delvaux-Liliba La chambre d’Hanna - Stéphane Bellat-Liliba 

La promesse de Lola – Cécilia Samartin-LilibaLa merveilleuse boutique de crèmes glacées – Abby Clements-LilibaLa ballade d’Hester Day – Mercedes Helnwein-Liliba 

L'invention de nos vies - Karine Tuil-LilibaDeux secondes de trop – Rachel Joyce-LilibaDimanches d’août – Patrick Modiano-Liliba

0_PAL_2014

 

 Challenge Royal

Rois, reines, princesses et autres empereurs, ils sont tous là ! Vous pouvez poster vos liens sur le billet mensuel récapitulatif. 

0 Challenge Royal Liliba 0 challenge royal 2 Asphodèle

  

 Challenge Thrillers et Polars 

Le dernier récap en cours.  

  0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 30 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 2  0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 5

0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 4 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba

  

Bonne reprise !

Les lectures du lundi sont répertoriées sur le blog de Galléane. 

C_est_lundi_que_lisez_vous

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags :

24 juillet 2014

Mes lectures de l'été... Pause bloguesque !

P1070592

Hello, petite pause bloguesque jusqu'à début septembre... Je vous souhaite à tous et toutes un très bel été rempli de lectures et de bons moments en famille ou entre amis, avec des apéros au soleil...

0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 5

Les participants au Challenge Thrillers et Polars peuvent toujours s'inscrire pour participer au concours de livres à gagner, car je ferai le tirage au sort en septembre, je suis trop débordée pour l'instant... : Challenge Thrillers et Polars - Session 3 - 2014-2015 - Des livres à gagner !

 

touristoc

Dans la valise pour cet été... je pense comme toujours avoir les yeux plus gros que le ventre, mais j'aime avoir le choix...

Pour le pavé de l'été de Brize

0 Challenge Pavé Eté2014 Brize

Confiteor – Jaume Cabré  (Actes Sud 772 pages) - LC prévue pour début septembre, ça laisse le temps ! Avec Philisine, Galea, Béné, Noukette ? Idéal pour le pavé de l'été de Brize !!!

Les revenants - Laura Kasischke (LDP 664 pages)

Labyrinthe - Kate Mosse (LDP 821 pages)

Les disparus - Daniel Mendelsohn (J'ai lu 923 pages) - LC courant octobre avec Miss Léo 

Confiteor – Jaume Cabré-LilibaLabyrinthe - Kate Mosse-LilibaLes disparus - Daniel Mendelsohn-LilibaLes revenants - Laura Kasischke-Liliba

Pour avoir peur

0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 4 

Le chuchoteur - Le tribunal des âmes - Donato Carrisi - LC courant septembre avec Marjorie de Chroniques Littéraires et Alexielle. Qui d'autre ?

Les mensonges - Karen Perry - lu

Noublier jamais - Michel Bussi

Hypothermie - Arnaldur Indridasson - LC avec Belette, date à trouver...

Le chuchoteur- Donato Carrisi-LilibaLe tribunal des âmes - Donato Carrisi-LilibaLes mensonges - Karen Perry-Liliba

Noublie jamais - Michel Bussi-LilibaHypothermie - Arnaldur Indridasson-Liliba

Pour le plaisir

0 Le premier mardi, c'est permis Stephie

Osez 20 histoires de sexe en 2050 

Sexe, mensonges et banlieues chaudes – Marie Minelli 

Sex in the kitchen – Octavie Delvaux

Osez 20 histoires de sexe en 2050-LilibaSex in the kitchen – Octavie Delvaux-LilibaSexe, mensonges et banlieues chaudes – Marie Minelli-Liliba 

Pour la détente, la culture, l'évasion, l'émotion, le fun...

Pharao-nique ! – Thierry Do espirito 

La promesse de Lola – Cécilia Samartin 

Une dernière danse – Victoria Hislop - LC deuxième quinzaine de septembre avec Miss Alfie 

La chambre d’Hannah -  Stéphane Bellat 

Moi, empereur du sahara – Jean-Jacques Bedu 

La merveilleuse boutique de crèmes glacées – Abby Clements 

La ballade d’Hester Day – Mercedes Helnwein 

Maudit karma - David Safier

L'invention de nos vies - Karine Tuil 

Deux secondes de trop – Rachel Joyce 

Dimanches d’août – Patrick Modiano 

La grâce des brigands - Véronique Ovaldé - LC chez Enna le 10 septembre avec Sophie et si on y arrive, Lysée et moi...

La chambre d’Hanna - Stéphane Bellat-LilibaLa promesse de Lola – Cécilia Samartin-LilibaPharao-nique ! – Thierry Do espirito-LilibaUne dernière danse – Victoria Hislop-Liliba 

Moi, empereur du sahara – Jean-Jacques Bedu-LilibaLa merveilleuse boutique de crèmes glacées – Abby Clements-LilibaLa ballade d’Hester Day – Mercedes Helnwein-LilibaMaudit karma - David Safier-Liliba 

L'invention de nos vies - Karine Tuil-LilibaLa grâce des brigands - Véronique Ovaldé-LilibaDeux secondes de trop – Rachel Joyce-LilibaDimanches d’août – Patrick Modiano-Liliba

...

J'emmène aussi ma liseuse, au cas où je sois en rade ! 

(et je pars moins de 3 semaines...)

Bonnes vacances et bonnes lectures !

 

 

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [75] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 juillet 2014

Le chardonneret - Donna TARTT

Le chardonneret - Donna Tartt Lectures de Liliba

 

Parfois, face à un tableau, surgit une émotion d’une intensité incroyable qu’on ne s’explique pas. Pas forcément esthétique, mais un mélange d’admiration pour la patte du peintre, d’émerveillement, d’envie aussi… Quand le jeune Theo Decker, alors âgé de 13 ans, découvre Le Chardonneret, il ne peut s’empêcher de s’en emparer. Il faut dire que les circonstances tragiques l’excusent. Il vient de réchapper d’un attentat au Metropolitan Museum de New York, et alors qu’il erre dans les décombres cherchant sa mère, le tableau se dresse face à lui, miraculeusement intact.

Sauf que la possession de ce tableau va influer sur toute sa vie…

Je ne vais pas vous raconter le détail de ce très gros et long roman, puisque vous trouverez des tas de résumés sur le net. Sachez qu’il m’a autant subjuguée qu’intriguée, puis énervée.

Ravie de renouer avec Donna Tartt après de longues années, je me suis précipitée dessus. J’ai été totalement admirative du début de l’histoire, cette narration de l’explosion, de ses suites, ce mélange de fracas et de panique intense avec une réflexion rétrospective, puisque c’est le héros qui raconte sa propre histoire. Quelle écriture !

Mais j’ai ensuite eu plus de mal. Parce que si la plume de l’auteur est superbe, elle est également d’une noirceur incroyable. Tout va mal pour Théo, et tout va aller de mal en pis. Orphelin, il est recueilli par une famille bourgeoise dont le fils est un de ses amis, si tant est qu’on puisse appeler cette relation une relation amicale. Puis il fera la connaissance d’un restaurateur de meubles âgé qui deviendra son mentor et l’accueillera comme un fils et de la jeune Pippa, croisée au musée le fameux jour de l’explosion. Mais Théo doit suivre finalement son père réapparu comme par enchantement et se retrouver au fin fond d’une banlieue de Las Vegas, sous un soleil torride, où il fera la connaissance de Boris, encore plus paumé – et carrément plus malsain que lui.

Les deux adolescents entament une sorte de danse infernale vers la déchéance, l’alcoolisme, la folie et la violence et on ressent qu’ils ont comme un besoin de pousser le malheur du coude, de le titiller pour voir si ça pourrait être pire…

Alors oui, le style est vraiment magnifique et lire Tartt est un plaisir. Elle décrit avec brio les âmes complexes des jeunes comme des plus vieux, démonte les mécanismes de chaine qui font qu’une décision mène à une autre, puis une autre, décrit avec un pinceau si réaliste qu’on s’y croit transplanté l’Amérique et ses habitants, ses habitudes, du New York chic aux lumières factices de Las Vegas et décrypte avec une vision presque chirurgicale les affres de l’adolescence chez ces deux garçons abandonnés à eux-mêmes, tout comme elle est capable de vous faire un cours d’art sans que cela soit ennuyeux, bien au contraire. À tout cela s’ajoute le mystère, car le lecteur ne cesse de se demander pourquoi le livre débute sur une scène où le narrateur, désormais adulte, est enfermé dans une chambre d’hôtel d’Amsterdam, totalement paniqué…

Mais c’est long… bien trop long pour être digeste…

Carel_Fabritius_002

Merci à Anne Vaudoyer et aux Editions Plon pour cette lecture.

 

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 juillet 2014

L'effet postillon et autres poisons quotidiens - Julien JOUANNEAU

L'effet postillon et autres poisons quotidiens-Julien Jouanneau-Liliba

 

00 coeur00 coeur00 coeur

 

Cher monsieur Jouanneau, ou plutôt devrais-je dire, mon très cher Julien,

Cette apostrophe est certes un peu familière, mais comme elle ne fait pas partie des choses que vous exécrez listées dans votre ouvrage, je me permets cette proximité… Car voyez-vous, j’ai senti en vous une âme sœur. Vous êtes un râleur impénitent. Et moi une emmerdeuse continuelle, ainsi qu’une râleuse insupportable (dixit mon mari)… Bref, nous étions faits pour nous rencontrer, et si j’ose dire, pour nous aimer !

Oh comme je me suis retrouvée dans vos mots, comme j’ai acquiescé à vos phrases, me disant au fil des pages, mais oui, mais c’est bien sûr, pareil pour moi ! Ces tracas de la vie quotidienne que vous décrivez, ces minuscules emmerdements me paraissent à moi aussi intolérables. La goujaterie, le manque de goût, la bêtise m’insupportent autant que vous, et il n’est de jour que je me retienne de tancer l’un ou l’autre, dont les agissements me répugnent. Tout comme vous, je m’insurge contre ces stupides notices de médicaments qu’on ne peut pas replier et que d’ailleurs on arrive à peine à lire, ce qui n’est après tout pas un drame, puisqu’on se sentirait presque plus malade en découvrant les contre-indications qu’à souffrir de sa maladie. Et contre des dizaines et des dizaines de petits et grands désagréments qui surviennent sans faillir dans notre vie qu’on rêve calme et sereine…

Sachez que si d’aventure nos chemins devaient se croiser un jour, je n’ai pas le cheveu gras, et que je m’efforce de traquer le moindre bout de salade ou de viande qui pourrait se trouver coincé dans mes dents et gâcher mon sourire, tout comme je m’astreins à veiller à la qualité olfactive de mes aisselles. Donc, si nous nous rencontrons, je m’abstiendrais également d'entrer dans votre bulle, de vous parler de si près que vous risqueriez de deviner « une haleine de caribou ivrogne » (ce qui, je l’espère, ne m’arrive jamais…).

Je ne vous trainerais ni à une pendaison de crémaillère ni à un cocktail chic où l’on sert des olives et des tomates. Et ne postillonnerais pas dans votre assiette (dans un restaurant sans nappe plastifiée qui colle aux avant-bras), y déposant mes germes comme les mouches pondent leurs œufs sur un tartare bien frais. J’éviterais aussi de relâcher mes sphincters et de propulser dans l’atmosphère des effluves fétides, de même que de propager des gargouillements honteux indiquant le travail actif de mes fonctions intestinales. Et si jamais je devais être enrhumée ce jour-là, sachez que jamais, au grand jamais, je ne me mouche dans un mouchoir de tissu, retenant mes décoctions nasales (ni ne regarde ce que je viens d’expectorer pour en analyser le contenu…).

Nous n’irions pas nous promener sous la pluie en chantant sing’in the rain de peur de recevoir un malencontreux coup de baleine, ni ne nous ferions rôtir sur la plage et encore moins ne profiterions de l’océan rafraichissant, mais dans lequel nagent, outre quelques jolis poissons, des déjections humaines insubmersibles. Nous ne fréquenterions pas non plus les piscines municipales où les verrues n’attendent que nos petons fragiles pour proliférer et où des nageurs prétentieux risqueraient de nous faire couler rien qu’à regarder leur crawl impeccable. Nous n’aurions pas de besoins vitaux afin d’éviter les toilettes publiques et jamais ne prendrions un train bondé… ni non plus la voiture au risque de se retrouver derrière un malotru bouchant le passage. Quant au métro et ses milliards de bactéries qui n’attendent que de nous sauter dessus, n’en parlons même pas !

Peut-être pourrions-nous lire, tranquillement installés dans un lieu calme, sans voisin qui passe la tondeuse au milieu de l’après-midi, ou sans enfants piaillant dans les environs ? Encore faudrait-il que nous nous abstenions d’emprunter à la bibliothèque des romans qui recèleraient au fil des pages leurs intimes secrets : crotte de nez séchée, tache de café ou tache indéterminée… Nous pourrions croquer quelques chocolats en évitant les immondes trucs à la mode qui sentent tout sauf le chocolat et dégoulinent leur alcool sirupeux, et nous chasserions les mouches intempestives d’un geste agacé…

Nous pourrions également nous retrouver au Centre de recherches sur l'énervement maximal et y concevoir de concert quelques idées novatrices pour emmerder le bon peuple autour de nous (à condition que la photocopieuse fonctionne correctement). Car subir ces horreurs, cela est hors de question, mais s’attacher à en inventer de nouvelles qui pourriraient la vie de notre entourage, voilà qui est bien tentant…


Une dernière chose, cependant. À part vous, et j’espère que vous comprendrez que c’est un honneur vis-à-vis de votre ouvrage, je déteste… les gens de mauvaise foi, ceux qui pensent toujours que le mal vient d’ailleurs plutôt que de leur comportement, ceux qui ronchonnent et se plaignent, les hypocondriaques, les grincheux qui voient le fétu de paille du voisin, mais pas la poutre chez eux, les névrosés, les misanthropes, les maniaques… bref… j’ai horreur des râleurs !

Votre dévouée et très amusée lectrice Liliba

 

l-enfer-c-est-les-autres-jean-paul-sartre-quote-art-print-poster

 

 

« Dieu est en tout, mais le diable éteint tout. Il écorne goguenard chaque détail du quotidien afin de fignoler son nébuleux dessein : noircir l'existence pour y faire rayonner une constellation de gênes successives et crispantes. La vie démarre à la première tuile qui dégringole du ciel, prophète d'une armée d'autres déconvenues coalisées pour cimenter le règne de l'énervement sur Terre. La vie pourrait être belle, si les raisons légitimes de grogner ne se bousculaient pas autant que le nombre de Wolfgang Schmitt en Allemagne.
À la naissance, je demeurai muet, aucun tapage vocal et baveux en guise de mécontentement. Allô maman ici ronchon. Aussi loin que ma mémoire peut rembobiner, j'ai toujours râlé envers le moindre détail provocateur. Enfant, la vérité sur ce monde cruel m'apparut sous la forme d'un buisson pileux ardent, au fond d'une rame de métro échauffée par l'été. Submergés dans la mer de passagers comprimés, mes cheveux proprets caressèrent sans mon consentement l'aisselle d'un énergumène à l'odeur de poireau périmé. Une auréole maligne s'étendit sur son t-shirt, illumina le sommet de mon crâne : l'esprit malin dégoulinait sur mon être à la vitesse du blanc d'un oeuf cassé. Les effluves de transpiration harcelèrent mes narines et enflammèrent ma cervelle. Je courbai la tête pour tenter de comprendre et vis l'auréole se brouiller. Elle devint étincelante, l'ange de l'énervement m'apparut, qui me chuchota : «Je te salue, toi à qui des crasses seront faites.»
Je m'affalai sur les genoux et, sous l'effet anesthésique de la fragrance de transpiration, plongeai dans un bref coma peu comique. Je devins spectateur d'une expérience d'énervements imminents. Tous les tracas futurs du quotidien défilèrent à vitesse grand V devant mes rétines, chacun soudé à l'autre : gravir un escalator en panne pour se meurtrir les genoux, des genoux couronnés de croûtes douloureuses, des croûtes de pain solides comme du ciment, du ciment frais troué de traces de pattes de souris, une souris d'ordinateur décorée de crasse collante, la colle qui emménage sous les ongles, les ongles de pied qui poignardent les chaussettes, trier des chaussettes au cours d'une soirée célibataire-cacahuètes, une cacahuète en acier qui fissure la dent, un fragment de chocolat couleur charbon coincé toute la journée entre deux dents, dégrafer un paquet de chocolats moisis, un cafard en vadrouille dans un paquet de corn-flakes, des corn-flakes mous, ramasser une crotte de chien molle, les chiens à poils jaunis, les hommes à touffes de poils sur les épaules, les deux poils qui stationnent sous le nez après le rasage, des poils plus bien qui trônent sur un drap immaculé, secouer des draps gavés de poussière, une poussière qui se dépose sur la lentille fraîchement installée, faire avaler des lentilles à un enfant, l'enfant qui lèche la barre du métro, le souffle des postérieurs dans le métro, un pet de bébé, le bébé qui vous tire les cheveux, les cheveux gras, un steak haché constellé de gras, du chocolat pas gras, la sauce chocolat qui usurpe l'identité du chocolat chaud, le gobelet incandescent du chocolat chaud en hiver, les mains arides en cette même saison, se sectionner les phalanges avec la tranche d'une feuille de papier, la photocopieuse qui ne reconnaît pas le bon format papier, les photocopies illisibles, la photo du permis bien visible, l'objectif qu'on perd de vue... Je me réveillai englué aux draps d'un lit d'hôpital. Un bol de soupe en verre orange translucide, qui couvait une mixture à poils de poireaux, me narguait. Il y avait bien une embrouille dans le potage. Ce film accéléré ne fut qu'une goutte d'eau, la bande-annonce du tsunami qui grondait, et c'était moi le chariot. Je dégoupillai la perfusion et sautai du lit. Je me postai à la fenêtre, les pieds frigorifiés par le sol d'où émergeaient les moqueries de bactéries dorées. Je distinguai la ville morose, convaincu d'incarner l'unique guide qui pourrait écarter les eaux tumultueuses de la mouise organisée, le seul prophète prompt à alerter la planète sur le complot qui vise à l'écraser comme une balle de ping-pong. Indiana Jones et le royaume des gênes éternelles. Voici l'Évangile selon saint Râleur. »


L'Effet postillon et autres poisons quotidiens, de Julien Jouanneau (Rivages, 176 p., 12 euros)

 

Lu également par Jérôme. Un extrait à lire ici

Merci !

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,



21 juillet 2014

C'est lundi 21 juillet, que lisez-vous ?

C_est_lundi_que_lisez_vous

 Lectures ou écoute en cours

Les morsures du passé - Lisa Gardner (livre audio)

Confiteor - Jaume Cabré   C'est partiiiii !

Les morsures du passé-Lisa Gardner-Liliba  Confiteor – Jaume Cabré-Liliba

Lectures terminées cette semaine 

Les mensonges - Karen Perry

La marquise de Sade – Mireille Calmel  

Les mensonges - Karen Perry-LilibaLa marquise de Sade – Mireille Calmel-Liliba

Billets à venir

Room - Emma Donoghue

Instinct primaire - Pia Petersen

Les évaporés - Thomas B. Reverdy  

Néant écarlate - Muriel Mourgue

La cuisinière d'Himmler - Franz-Olivier Giesbert

Monster - Patrick Bauwen (livre audio)  

Docteur Sleep - Stephen King (livre audio)

Yeruldelgger - Yan Manook 

La petite communiste qui ne souriait jamais - Lola Lafon

Une vie entre deux océans - M.L. Stedman (livre audio)

La relieuse du gué - Anne Delaflotte Mehdevi 

Mauvaises eaux - Inger Wolf

Fleur de tonnerre - Jean Teulé 

Room - Emma Donoghue Lectures de Liliba  Les évaporés - Thomas B 

 La cuisinière d'Himmler - Franz-Olivier Giesbert Lectures de LilibaMonster - Patrick Bauwen Lectures de LilibaYeruldelgger - Yan Manook Lectures de Liliba

 Docteur Sleep - Stephen KING Lectures de Liliba La petite communiste qui ne souriait jamais-Lola Lafon-Liliba Une vie entre deux océans-M

La religieuse du gué - Anne Delaflotte Mehdevi-Liliba Mauvaises eaux - Inger Wolf-LilibaFleur de tonnerre - Jean Teulé Lectures de Liliba 

 

Lectures prochaines...

Regardez si on peut se faire des LC !

Confiteor – Jaume Cabré -  LC prévue pour début septembre, ça laisse le temps ! Avec Philisine, Galea, Béné, Noukette ? Idéal pour le pavé de l'été de Brize !!!

Le chuchoteur - Le tribunal des âmes - Donato Carrisi - LC courant septembre avec Marjorie de Chroniques Littéraires et Alexielle. Qui d'autre ?

Une dernière danse – Victoria Hislop  -  LC deuxième quinzaine de septembre avec Miss Alfie 

La chambre d’Hanna -  Stéphane Bellat 

Les matins d’émeraude – Eva Ibbotson 

Le miroir brisé – Jonathan Coe 

Les demeurées – Jeanne Benameur 

Les reliques – Jeanne Benameur 

Binevenue au cast – Pascale Perrier Diglee 

Pharao-nique ! – Thierry Do espirito 

La promesse de Lola – Cécilia Samartin 

Moi, empereur du sahara – Jean-Jacques Bedu 

La merveilleuse boutique de crèmes glacées – Abby Clements 

La ballade d’Hester Day – Mercedes Helnwein 

Une histoire délicieuse - Willa Marsh

Les vies parallèles de Greta Wells - Andrew Sean Greer

Maudit karma - David Safier

La brume des apparences - Frédérique Deghelt

Expo 58 - Jonathan Coe

Noublie jamais - Michel Bussi

L'invention de nos vies - Karine Tuil

La garconnière - Hélène Grémillon

Un fleuve de fumée - Amitav Gosh

L'emprise - Marc Dugain

Du temps de cerveau non disponible (Causse & Urien) 

Le parapluie rouge – Anna de Sandre 

Osez 20 histoires de sexe en 2050 

Sexe, mensonges et banlieues chaudes – Marie Minelli 

Les murmures de la terre – Véronique Biefnot 

Toile d’araignée – Calouan 

Carabosse, la légende des cinq royaumes – Michel Honaker 

Moi, Michael Bennett – James Patterson 

Fais-le pour maman – François-Xavier Dillard 

Au pays des kangourous – Gilles Paris

Deux secondes de trop – Rachel Joyce 

Sex in the kitchen – Octavie Delvaux

Mon nom est Dieu – Pia Petersen

A l’heure où les hommes vivent – Delphine de Malherbe 

Les disparus – Daniel Meldelsohn 

Dimanches d’août – Patrick Modiano 

Danse noire – Nancy Huston (kdo swap Galea)

L’ogre ou le doigt de la vierge – Jacques leveau

Le secret de la vieille bourse – Bernard Guérin

Potes pour la vie – Ingvar Ambjornsen

Aime-moi – Alexandra Friscia

Dernier tango à Lille – Blandine Lejeune

Festina lente – Nadine Ribault

Hypothermie – arnaldur indridason

La grâce des brigands - Véronique Ovaldé

L’enfant de l’amour – Sheila Kohler 

Les saisons de Louveplaine – Cloé Korman

Qui a suicidé Pamela Janis Petersen ? Muriel Mourgue

Canada – Richard Ford - LC prévue avec Béné

Le peigne de Cléopâtre -  Maria Ernestam

0_PAL_2014

 

 Challenge Royal

Rois, reines, princesses et autres empereurs, ils sont tous là ! Vous pouvez poster vos liens sur le billet mensuel récapitulatif. 

0 Challenge Royal Liliba 0 challenge royal 2 Asphodèle

  

 Challenge Thrillers et Polars : c'est reparti pour une nouvelle année !

Le dernier récap en cours.  

  0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 2 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 3 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 5

0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 4 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba

  

Bonnes vacances et bonnes lectures !

Les lectures du lundi sont répertoriées sur le blog de Galléane. 

C_est_lundi_que_lisez_vous

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juillet 2014

Photo du dimanche : mal lunée

On dirait moi, mal lunée au réveil...

P1210338

(photo sans intéret, mais ça me fait rire...)

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

19 juillet 2014

Réparer les vivants - Maylis de KERANGAL

 

Réparer les vivants-Maylis de Kerangal-Liliba

00 coeur00 coeur00 coeur00 coeur

LC avec Cynthia

0 Lectures communes

 

« Enterrer les morts, réparer les vivants. »

La mort fait partie de la vie, mais quand elle frappe avec fracas, c’est l’horreur. Une horreur absolue qui touche les parents de Simon Limbes, jeune surfeur de 20 ans à peine qui au retour d’un rendez-vous avec une vague plus belle que les autres un petit matin d’hiver, verra son avenir stoppé net par un accident de la route.

Les trois copains ont survécu au froid et au danger de la mer et pendant quelques instants, se sont sentis les rois du monde, faisant un avec l’élément liquide, mais à la fois aussi légers que des oiseaux, aussi mobiles que des poissons. Ils ont épousé le souffle de la mer pour se fondre en elle et la chevaucher, se sont sentis vivants comme jamais. C’était sans compter la fatigue accumulée par ces heures de sport intense, le froid qui en les quittant dans l’habitacle de la camionnette les a plongés dans une douce torpeur intensifiée par le chauffage à fond, la fatigue… Dérapage, arbre. Deux d’entre eux avaient une ceinture, mais pas Simon, qui est passé à travers le pare-brise.

Mort.

Mort, oui. Cliniquement. De cette mort qui autrefois n’était pas la mort. Son cœur bat encore, il semble en vie, juste assoupi ou dans le coma. Mais son cerveau est irrémédiablement détruit. La médecine d’aujourd’hui le considère donc comme mort. Un état inconcevable pour ses parents qui, sous le choc, accourent à l’hôpital, et doivent faire face à cette terrible nouvelle. Cette nouvelle donne dans leur existence qui chamboulera tout à tout jamais.

« Combien de temps sont-ils restés assis de la sorte après l'annonce, affaissés au bord de leurs chaises, pris dans une expérience mentale dont leur corps jusque-là n'avait pas la moindre idée ? Combien de temps leur faudra-t-il pour venir se placer sous le régime de la mort ? Pour l'heure, ce qu'ils ressentent ne parvient pas à trouver de traduction possible mais les foudroie dans un langage que précède le langage, un langage impartageable, d'avant les mots et d'avant la grammaire, qui est peut-être l'autre nom de la douleur, ils ne peuvent s'y soustraire, ils ne peuvent lui substituer aucune description, ils ne peuvent en reconstruire aucune image, ils sont à la fois coupés d'eux-mêmes et coupés du monde qui les entoure. » 

« Elle se lève, un mouvement brusque, sa chaise bascule en arrière -fracas sur le sol-, mais elle ne se retourne pas, se tient debout face à lui, une main posée sur la table assurant un appui à son corps chancelant, l'autre pendue le long du corps, ils se regardent une fraction de seconde, puis un pas et ils s'étreignent, une étreinte d'une force dingue, comme ils s'écrasaient l'un dans l'autre, têtes compressées à se fendre le crâne, épaules concassées sous la masse du thorax, bras douloureux à force de serrer, ils s'amalgament dans les écharpes, les vestes et les manteaux, le genre d'étreinte que l'on se donne pour faire rocher contre le cyclone, pour faire pierre avant de sauter dans le vide, un truc de fin du monde... »

Mais il faut faire vite. Car si le cœur de Simon bat encore, avec l’aide de machines, si ce cœur qu’il avait généreux et aimant n’est pas encore vraiment tout à fait mort, le décompte a commencé. Il faut accepter l’inacceptable. Et puis se poser la question, celle dont peu d’entre nous discutent quand tout va bien. La question du don d’organe. Qu’en pensait Simon ? Qu’aurait-il fait ? Est-il donneur ?

« La possibilité du refus est aussi la condition du don »

Et une des merveilles de ce roman, c’est qu’il parle de mort dès le deuxième chapitre et tout du long, mais qu’il ne pense qu’à la vie. La vie qui veut continuer, plus pour Simon, bien sûr, mais qui continue pour les autres. Pour ses parents qui se remémorent des moments du passé, pour la petite amie de Simon, ou pour tout le personnel de l’hôpital, les chirurgiens, les infirmiers, l’anesthésiste ou l’accompagnateur du don, la vie continue de battre, avec ses joies, ses peines, ses souvenirs. L’auteur nous fait rentrer à petites touches dans la vie de tous ceux qui entourent Simon en ces derniers instants, de tous ceux qui maintiennent la dernière étincelle de vie, le dernier souffle de son cœur avant de le laisser enfin pour mort. Car Simon, c’est la vie. La vie de receveurs qui se verront insuffler un nouvel élan, qui seront sauvés grâce aux organes que les parents accepteront de donner. Cœur, foie, poumons, reins… la vie quitte le jeune garçon, mais va s’insinuer dans d’autres corps, aider à respirer des cœurs inconnus. Et le souffle de Simon, son cœur pourra continuer à vivre dans le corps de Claire.

« Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps. Que subsistera-t-il, dans cet éclatement, de l’unité de son fils ? Comment raccorder sa mémoire singulière à ce corps diffracté ? Qu’en sera-t-il de sa présence, de son reflet sur Terre, de son fantôme ? »

Le sujet est dur, certes, mais je ne l’ai pas un instant trouvé trop dur. J’ai ressenti ce souffle de vie tout du long, accentué par l’écriture absolument magnifique de Maylis de Kerangal. Impossible de poser le livre, de le laisser se reposer, il faut lire, lire, pour que continue à battre la vie, pour que le souffle ne s’éteigne pas, pour que d’autres, au final, vivent aussi. L’auteur est très technique dans ses descriptions, notamment dans l’opération du jeune homme, mais cela n’est pas un instant dérangeant. Au contraire, le concret, le factuel, la technique tiennent l’émotion en garde, permettent de garder tête froide et idées claires, alors que dans le même temps nous partageons les soucis quotidiens parfois bien banals des uns et des autres. Ce roman est hyper poétique, délicat, sublimement écrit et à la fois technique et précis, clair. C’est un tourbillon de vie qui nous submerge, nous emporte. 24 heures de vie poignantes et passionnantes, une des plus belles lectures de ces derniers mois pour ma part, à couper le souffle.

J’ai de plus eu la grande chance de rencontrer Maylis de Kerangal dans ma librairie fétiche Les lisières à Roubaix. Aussi lumineuse que les mots qu’elle nous offre, expliquant la genèse de son roman, et que vous pouvez écouter à votre tour sur Libfly. J’ai également, à peine le roman refermé, refait valider ma carte de donneur (qui veut mes vieux poumons pleins de clopes ???) et inscrit mes enfants. Fasse le ciel que cela ne serve jamais, mais je veux pouvoir aider d’autres gens si jamais l’un de nous devait mourir.

Un grand extrait à lire ici et vous pouvez écouter une lecture de l’auteur ici.

Et si jamais vous voulez me faire plaisir, vous pouvez m’offrir tous les livres de cette auteur que je n’avais jamais lue auparavant…

 

P1210896 P1210897

P1210898 P1210899

P1210901 IMG1318

IMG1319

0 challenge régions Lystig 20 Challenge Petit bac 20140 Challenge Nos pépites de l'année Galea

Posté par liliba à 08:00 - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 juillet 2014

N'éteins pas la lumière - Bernard MINIER

N'éteins pas la lumière - Bernard Minier Lectures de Liliba

 

00 coeur00 coeur00 coeur

 

Une très belle découverte de 2013 pour les polars a été la lecture de Glacé de Bernard Minier, puis de la suite, Le Cercle. N’éteins pas la lumière est le troisième opus mettant en scène le commissaire Martin Servaz de la PJ de Toulouse et si vous pouvez le lire indépendamment, je ne peux pourtant que vous conseiller de lire les trois romans dans l’ordre. Car vous vous en doutez, chaque aventure que vit Servaz influencera son comportement à l’avenir, et donc dans les tomes qui suivent.

La fin du Cercle avait laissé notre ami Servaz en plutôt sal état et nous le retrouvons donc pas très en point, et même très déprimé dans la maison de repos pour flics qui l’héberge. C’est presque même angoissant, car on dirait un vieux monsieur, sans plus de ressort, laminé par la vie… Sauf que les mystères sont pour lui un puissant élixir et quand il reçoit un paquet anonyme avec une clé, lui fixant rendez-vous, il ne peut s’empêcher de repartir en chasse… mettant les pieds dans un cold case, pour notre plus grand plaisir !

Il ne sait pas encore que ses recherches l’amèneront à rencontrer Christine Steinmeyer, une jeune femme qui se fait harceler par un inconnu et passe pour presque folle aux yeux de son entourage... et que bien sûr, tout sera d'une manière ou d'une autre, lié, comme s'il n'était qu'un pantin dont un magicien malveillant tenait les fils.

Cet opus est à mon avis encore plus réussi que les deux précédents. L’intrigue est tortueuse à souhait et diablement psychologique, mettant en scène des personnages à double personnalité, malsains et retors, dont la spécialité est la manipulation. Impossible d’imaginer comment nous réagirions si nous étions la proie de tels prédateurs qui ne veulent qu’une chose : nous prendre la vie ou tout du moins l’esprit et asseoir une totale emprise sur nous. Brrrr… Certes, la trame reste relativement classique, et pas fondamentalement originale, mais le roman est vraiment efficace pour le lecteur qui s’y laisse prendre. Et vous ne pourrez, vous non plus, pas éteindre la lumière avant d’avoir terminé votre lecture !

Un grand merci à XO Editions qui m'a permis de découvrir cet auteur ! 

0 challenge régions Lystig 20 Challenge Petit bac 20140 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 3

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 juillet 2014

Joyland - Stephen KING

joyland-stephenking-lectures-liliba

 

00 coeur00 coeur

 

Envie de vous envoler sur la grande roue, de vous faire peur dans le train fantôme ou tout simplement de vous réjouir de toutes les attractions de Joyland ? Entrez, entrez et vous verrez… la diseuse de bonne aventure et tous les forains vous attendent pour vous faire passer un merveilleux moment !

Joyland, c’est le paradis. Le paradis pour les enfants avec ses attractions et ses jeux, sa folie, sa grandeur. Un monde où tout est possible, où on est heureux. Mais entre la Carolina Spin, la Maison de l'horreur ou le Thunderball, rode un souvenir. Celui de la jeune Linda Gray retrouvée morte des années plutôt, dont on dit que le fantôme hante encore les lieux…

Un fantôme qu’aimerait bien croiser Devin Jones, dit Jonesy qui débarque dans ce parc d’attractions d'Heaven's Bay en Caroline du Nord pour y travailler tout l’été. Ça ne va pas trop pour lui, même si à 21 ans, il aurait l’âge de l’insouciance. Il sent que sa petite amie le lâche, a du mal à faire un trait sur cette relation et est un peu paumé. Heureusement, il se fait vite des amis parmi les jeunes qui travaillent également comme saisonniers dans le parc, et surtout, il est envouté par l’ambiance qui règne ici, par les codes et le vocabulaire particulier qu’il découvre, par les forains aux personnalités complexes.

Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que cet été au paradis des enfants le marquera à jamais…

J’ai beaucoup aimé ce roman délicieusement nostalgique et les retrouvailles avec Stephen King, un des auteurs chouchous de mon jeune temps. Narrateur talentueux, il sait nous emmener dans l’univers des gens du voyage et de ce parc d’attractions assez magnétique, tout comme nous attacher aux nombreux personnages de l’histoire. J’ai cependant été un peu déçue que le roman ne soit pas plus « King » : je m’attendais à trembler d’angoisse, suer, tourner les pages avec frénésie et même si cette lecture m’a réjouie, je n’ai pas retrouvé l’univers pesant et souvent monstrueux et paranormal des romans de l’auteur, cette pincée de folie et de terreur qu’on attend de lui…

Alors, Joyland, un bon roman, oui. Mais un King qui laisse un peu sur sa faim !

Roman paru chez Albin Michel, (où vous pouvez lire le début), et que je remercie beaucoup de cet envoi.

0 challenge amoureux 20140 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 5

 

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 juillet 2014

Il faut marier Bertrand ! Philippe SAIMBERT

Il faut marier Bertrand ! Philippe Saimbert-Liliba

 

J’avais beaucoup aimé l’humour et l’originalité de L’héritage de tata Lucie et me réjouissait de lire à nouveau Philippe Saimbert. Las, c’est pourtant cette fois-ci une rencontre totalement ratée…

Quand j’étais jeune, je fuyais déjà les bandes de copains, surtout les groupes de garçons aux blagues éculées et lourdes, toujours les mêmes, aux rires gras, aux allusions vaseuses, à l’humour de fond de culotte et au cerveau ramollo (je fuyais aussi les bandes de filles, c’est tout dire…). Raymond, Eric, Didier, Joaquim, Bertrand et le narrateur forment une bande ultra soudée qu’ils appellent entre eux « la Raya », le narrateur étant le « Rayator » : « La Raya, c’était le Clan, la Horde, la Confrérie, le Cercle ; bref, la bande d’amis, la famille que nous formions depuis les bancs du lycée ou de la fac ». Ils sont tous très différents, mais restent soudés malgré les années, ce qui est de prime abord plutôt sympa. Nous avons droit à une belle brochette variée de métiers : un garagiste, un commerçant amoureux de son boulot (un sex shop), coiffeur à mi-temps, un musicien punk raté, un prof dépressif, un caissier de banque qui se fait virer… Un peu caricatural, mais bon…

Or les copains ont maintenant 40 ans, du gras au bide, quelques rides, des cheveux en moins et… ils sont toujours aussi lourdingues… J’ai eu l’impression que pas un n’avait mûri et que les quelques-uns qui semblent avoir un peu évolué sont juste… aigris… Bref, ça partait mal dès le début, où j’ai commencé à les trouver stupides et pathétiques. Ce n’est plus du potache sympathique qui fait sourire, c’est juste du ridicule et on aurait plutôt envie de les traiter de pauvres types si on les croisait… (bon, je vous avais prévenu, je n’aime pas les bandes…).

De plus, j’ai totalement détesté le style, qui veut faire « djeuns », mais tombe juste dans le ringard avec des jeux de mots que j’ai trouvés stupides… La nostalgie à outrance (ah c’était le bon temps…) devient totalement plombante… Quand vont-ils grandir un peu ? Et même les jeunes d’aujourd’hui ne disent plus « PTDR de chez LOL » !!! Et pas de bol pour moi, aucune des références musicales et cinématographiques de l’auteur ne m’a parlé… : AC/DC, je connais et déteste, et les autres groupes cités, je ne savais même pas qu’ils ont existé…

Bref, les copains veulent marier le romantique de la bande (parce que chacun a sa spécialité, il y a le romantique, le queutard, le fidèle…) qui est fou amoureux d’une fille qui le traite comme une merde, et dont le chien le mord une fois sur deux. Je ne peux pas vous dire s’ils y arrivent, car j’ai laissé tomber le bouquin au milieu… 

« Mes amis, mes mouches drosophiles, mes chihuahuas à queue courte, vous avez tous vu le film Il faut sauver le soldat Ryan ?! Eh bien votre mission, si vous l’acceptez, sera de marier le soldat Bertrand avant la fin de l’année ! »

Désolée Monsieur Saimbert, même si vous m’avez offert ce roman, je n’ai pas pu me forcer… Mais j’ai lu sur internet d’autres avis bien plus positifs que le mien ! 

Le blog de Philippe Saimbert. Pour lire des extraits

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juillet 2014

Challenge Thrillers et Polars - Session 3 - 2014-2015 - Des livres à gagner !

0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 2 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 5 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 3

 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 4

C'est reparti ! Le Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 est officiellement lancé !

Merci à tous et toutes pour votre enthousiasme, ça fait plaisir ! (et ça allonge nos LAL et alourdit nos PAL...). Les résultats du challenge 2013-2014 sont là.

Vous pouvez déjà vous inscrire et noter vos liens de vos lectures, à partir du 09 juillet jusqu'au 9 juillet 2015 ! Je ne change pas les logos (pas le temps) et je garde le sytème du google doc, ultra pratique pour moi, vu le nombre de liens à gérer ! Les blondes et les cruches peuvent toujours m'envoyer leurs liens par mail ou les mettre en commentaire...

Lien google doc, à copier dans la barre du haut de votre navigateur et à sauvegarder dans vos favoris.

 

Les catégories (tout pareil !) 

Touriste planqué : 8 thrillers ou polars au choix 
Téméraire du dimanche : 15 thrillers ou polars au choix 
Même pas peur : 25 thrillers ou polars au choix

 

Je vais faire ma tatassouille, mais voici quelques détails qui m'aideraient beaucoup pour pouvoir faire les stats (car Excel vérifie que les orthographes soient similaires, sinon, il considère que c'est un nom différent). A cause de fautes d'accent ou d'orthographe dans les noms, je dois parfois tout vérifier un par un, ce qui est possible en début de challenge, mais devient assez vite galère vu le nombre de participants et de liens !

 - merci de bien orthographier les titres des livres, sans fautes et en mettant les majuscules : Titre du livre avec une Majuscule au début et pour les Noms Propres !

- et le nom des auteursPrénom Nom, majuscule au début mais nom écrit en minuscule

en faisant bien des cases différentes pour chacun. A cause d'accents ou de fautes dans les noms, je dois tout vérifier pour que excel puisse ensuite prendre les stats en charge...

Et attention à ne pas me donner vos liens en double ! Certains d'entre vous les mettent sur le google doc et les laissent aussi en message sur le blog ou en MP, donc ça me fait des doublons. Choisissez l'une ou l'autre méthode, celle qui vous convient le mieux, mais ne me notifiez les titres qu'une seule fois ! Vous êtes tellement nombreux qu'il m'est impossible de me souvenir de tout...

Un dernier point, je pense que je ferai cette année un récap seulement tous les deux mois, au lieu de mensuel...

 

Par exemple, Edea va se faire taper sur les doigts : pas de majuscule à Joyland, si à Stephen, et King doit être écrit en minuscule...

challen

 

0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 3

Des livres à gagner pour les participant(e)s au challenge ! 

Bon, je suis sûre qu'il vous faut un peu de stock !!! Alors je mets en tirage au sort plusieurs romans qui entrent dans le cadre du challenge. Certains sont neufs, d'autres lus une fois, donc en bon état. Ce sont des achats ou pour beaucoup d'entre eux des SP, certains récents, d'autres d'il y a quelques années. Vous pouvez me dire en commentaire si vous souhaitez participer, celui que vous rêveriez d'avoir et celui que vous ne voulez à aucun prix... Je ferai faire un tirage au sort par les enfants. Ah, n'oubliez pas non plus de m'envoyer votre adresse par mail ! (blog.liliba@orange.fr)

Conflit de voisinage - Raphaële RIVAIS

L'oiseau de mauvais augure - Camilla LÄCKBERG (livre audio)

La chapelle des damnés - Samuel GANCE

Garden of love - Marcus MALTE

Le chasseur de regards - Sebastian FITZEK (neuf) Attention ! J'ai lu ce roman en allemand, mais je vous le propose en français !!!

Moi, Michael Bennett - James Patterson (neuf)

La divine géométrie – Karen ENGELMANN

Néant écarlate - Muriel MOURGUE

La ville insoumise - Jon FASMAN

L'heure des fous - Nicolas LEBEL

Leviathan, Le pouvoir - Lionel DAVOUST

Il coule aussi dans tes veines - Chevy STEVENS

Le jugement dernier – Stéphane HAUMANT

La mort muette - Volker KUTSCHER

villeLa divine géométrie - Karen Engelmann Lectures de LilibaDer Augenjäger - Sebastian Fitzek Lectures de Liliba 

La chapelle des damnés - Samuel Gance Lectures de LilibaConflit de voisinage - Raphaëlle Rivais Lectures de LilibaLe jugement dernier – Stéphane Haumant Lectures de Liliba

moi michael bennet-Pattessen-LilibaNéant écarlate Muriel Mourge Lectures de LilibaGarden of love-Marcus Malte-Liliba

L'oiseau de mauvaise augure Camilla Läckberg Lectures de Liliba

La mort muette Volker Kutscher Les lectures de LilibaIl coule aussi dans tes veines Chevy Stevens Lectures de Liliba Leviathan Le pouvoir - Lionel Davoust Lectures de LilibaL'heure des fous Nicolas Lebel Lectures de Liliba  

 

  

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [98] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 juillet 2014

C'est lundi 14 juillet, que lisez-vous ?

C_est_lundi_que_lisez_vous

 Lectures ou écoute en cours

Les morsures du passé - Lisa Gardner (livre audio)

La marquise de Sade – Mireille Calmel  

Les morsures du passé-Lisa Gardner-LilibaLa marquise de Sade – Mireille Calmel-Liliba 

 

Lectures terminées cette semaine 

Mauvaises eaux - Inger Wolf

Il faut marier Bertrand ! Philippe Saimbert

Fleur de tonnerre - Jean Teulé

 Mauvaises eaux - Inger Wolf-LilibaFleur de tonnerre - Jean Teulé Lectures de LilibaIl faut marier Bertrand ! Philippe Saimbert-Liliba 

Billets à venir

Room - Emma Donoghue

Instinct primaire - Pia Petersen

Les évaporés - Thomas B. Reverdy  

Le chardonneret - Donna Tartt 

Néant écarlate - Muriel Mourgue

La cuisinière d'Himmler - Franz-Olivier Giesbert

N'éteins pas la lumière - Bernard Minier

Monster - Patrick Bauwen (livre audio)  

Docteur Sleep - Stephen King (livre audio)

Yeruldelgger - Yan Manook 

Joyland - Stephen King

La petite communiste qui ne souriait jamais - Lola Lafon

Réparer les vivants - Maylis de Kerangal - LC le 19/07 avec Cynthia

L'effet postillon et autres poisons quotidiens - Julien Jouanneau

Une vie entre deux océans - M.L. Stedman (livre audio)

La relieuse du gué - Anne Delaflotte Mehdevi 

Room - Emma Donoghue Lectures de Liliba 

 Les évaporés - Thomas B Le chardonneret - Donna Tartt Lectures de LilibaN'éteins pas la lumière - Bernard Minier Lectures de Liliba

 La cuisinière d'Himmler - Franz-Olivier Giesbert Lectures de LilibaMonster - Patrick Bauwen Lectures de LilibaYeruldelgger - Yan Manook Lectures de Liliba

joyland-stephenking-lectures-liliba Docteur Sleep - Stephen KING Lectures de Liliba La petite communiste qui ne souriait jamais-Lola Lafon-Liliba 

Réparer les vivants-Maylis de Kerangal-LilibaUne vie entre deux océans-ML'effet postillon et autres poisons quotidiens-Julien Jouanneau-Liliba

La religieuse du gué - Anne Delaflotte Mehdevi-Liliba 

 

Lectures prochaines...

Regardez si on peut se faire des LC !

Confiteor – Jaume Cabré - LC prévue pour début septembre, ça laisse le temps ! Avec Philisine, Galea, Noukette ? Idéal pour le pavé de l'été de Brize !!!

Le chuchoteur - Le tribunal des âmes - Donato Carrisi - LC avec Marjorie de Chroniques Littéraires - Qui d'autre ?

Les matins d’émeraude – Eva Ibbotson 

Le miroir brisé – Jonathan Coe 

Les demeurées – Jeanne Benameur 

Les reliques – Jeanne Benameur 

Binevenue au cast – Pascale Perrier Diglee 

Pharao-nique ! – Thierry Do espirito 

La promesse de Lola – Cécilia Samartin 

Une dernière danse – Victoria Hislop

La chambre d’Hanna -  Stéphane Bellat 

Moi, empereur du sahara – Jean-Jacques Bedu 

La merveilleuse boutique de crèmes glacées – Abby Clements 

La ballade d’Hester Day – Mercedes Helnwein 

Une histoire délicieuse - Willa Marsh

Les vies parallèles de Greta Wells - Andrew Sean Greer

Maudit karma - David Safier

La brume des apparences - Frédérique Deghelt

Expo 58 - Jonathan Coe

Noublie jamais - Michel Bussi

L'invention de nos vies - Karine Tuil

La garconnière - Hélène Grémillon

Un fleuve de fumée - Amitav Gosh

L'emprise - Marc Dugain

Du temps de cerveau non disponible (Causse & Urien) 

Le parapluie rouge – Anna de Sandre 

Osez 20 histoires de sexe en 2050 

Sexe, mensonges et banlieues chaudes – Marie Minelli 

Les murmures de la terre – Véronique Biefnot 

Toile d’araignée – Calouan 

Carabosse, la légende des cinq royaumes – Michel Honaker 

Moi, Michael Bennett – James Patterson 

Fais-le pour maman – François-Xavier Dillard 

Au pays des kangourous – Gilles Paris

Deux secondes de trop – Rachel Joyce 

Sex in the kitchen – Octavie Delvaux

Mon nom est Dieu – Pia Petersen

A l’heure où les hommes vivent – Delphine de Malherbe 

Les disparus – Daniel Meldelsohn 

Dimanches d’août – Patrick Modiano 

Danse noire – Nancy Huston (kdo swap Galea)

L’ogre ou le doigt de la vierge – Jacques leveau

Le secret de la vieille bourse – Bernard Guérin

Potes pour la vie – Ingvar Ambjornsen

Aime-moi – Alexandra Friscia

Dernier tango à Lille – Blandine Lejeune

Festina lente – Nadine Ribault

Hypothermie – arnaldur indridason

La grâce des brigands - Véronique Ovaldé

L’enfant de l’amour – Sheila Kohler 

Les saisons de Louveplaine – Cloé Korman

Qui a suicidé Pamela Janis Petersen ? Muriel Mourgue

Canada – Richard Ford 

Le peigne de Cléopâtre -  Maria Ernestam

0_PAL_2014

 

 Challenge Royal

Rois, reines, princesses et autres empereurs, ils sont tous là ! Vous pouvez poster vos liens sur le billet mensuel récapitulatif. 

0 Challenge Royal Liliba 0 challenge royal 2 Asphodèle

  

 Challenge Thrillers et Polars : c'est reparti pour une nouvelle année !

Le dernier récap en cours.  

  0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 2 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 3 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 5

0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 4 0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba

  

Bonne semaine et bonnes lectures !

Les lectures du lundi sont répertoriées sur le blog de Galléane. 

C_est_lundi_que_lisez_vous

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juillet 2014

Photo du dimanche : à coeur ouvert

P1210877

P1210879

 

Mes enfants ne peuvent pas se passer de leurs doudous... même Antoine qui a 15 ans 1/2 !!!! Sauf que les pauvres bestioles commencent à fatiguer un peu... De temps en temps, je me transforme en chirurgien...

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juillet 2014

Attention ! Bloguer peut vous conduire au tribunal...

justice

Ceux et celles qui nous suivent sur Facebook auront déjà eu vent de la nouvelle affaire qui agite la blogosphère, mais pas que la blogosphère ! En effet, L'Irrégulière vient de faire les frais, et c’est le cas de le dire, d’une de ses chroniques négatives. L’année dernière, elle est allée dans un restaurant du Cap Ferret, où elle estime avoir été très mal reçue et en a fait un billet, qu’elle a ensuite retiré de son blog, mais que l’on peut encore lire ici.

Or la propriétaire dudit restaurant, que nous ne nommerons pas (je n'ai pas envie non plus de me retrouver avec un procès sur le dos...), a fort mal pris la chose et a attaqué notre amie en justice. Justice qui soit dit en passant n’en n’a que le nom, puisque l’Irrégulière, n’ayant pas le temps ni les moyens de s’adjoindre l’aide d’un avocat, a jugé bon de se défendre seule. Grossière erreur, puisqu’elle a perdu son procès et doit payer 2500€ (1500€ de dommages et intérêts et 1000€ de procédure)…

On peut se poser plusieurs questions : sans avocat, a-t-on une chance de voir ses droits respectés au cours d’un procès ? Il semble que non, et pour être une fois passée à la barre et avoir vécu une expérience d’humiliation cuisante face aux effets de manches de l’avocat de la partie adverse et du juge (qui s’était claqué la bise à l’entrée de la salle…), j’en suis intimement persuadée. On peut également se demander si cette affaire va faire jurisprudence. Allons-nous bientôt nous aussi devoir rendre des comptes (et monnaie sonnante et trébuchante) si nous n’aimons pas un roman ou si nous critiquons un éditeur, un auteur ? Qu’en est-il de la liberté d’expression ? Avouez que cela fait froid dans le dos…

crit2

Cependant, je ne peux que me réjouir du tour que prend cet évènement (sauf pour la malheureuse qui aurait sans doute trouvé d’autres moyens plus à son goût d’utiliser cette somme). Car la restauratrice mécontente n’a pas imaginé un seul instant que son action aurait sans doute plus de conséquenses... Elle a gagné son procès, certes, mais n'a pas du tout tablé sur l’effet Streisand : un bad buzz qui est en train de se propager à la vitesse de l’éclair, puisque tout le net et même la presse écrite et la radio s’y mettent. C’est Maître Eolas qui le premier a dégainé sur son compte Twitter, suivi de près par de nombreux journaux en ligne. Les commentaires négatifs pleuvent sur Trip Advisor ou Google+ et je pense que le pauvre petit billet de L’irrégulière devient de fait bien insignifiant face à ce déferlement de mécontentement d’internautes scandalisés.

Ce qui est sûr, c’est que nous ne sommes pas prêts de mettre les pieds dans ce restaurant, qui devra sans doute revoir sa politique d’accueil du client et doit se mordre les doigts de ne pas avoir voulu régler cette affaire à l’amiable, en demandant tout simplement à L’irrégulière de retirer son billet…

crit

 

Des articles à lire sur : L’express (très intéressant et complet, et posant les bonnes questions),  SudOuest et ici, Le Monde, Europe 1, BFMTV, Arrêt sur Image, Tubbydev, Le Parisien libéral, Numérama, Mademoizelle, Le nouvel obs, France Info, Food & Sens… et j’en oublie certainement, puisque le buzz ne cesse de s’étendre…

Choupynette en parle également sur son blog.  

A part se lamenter (et faire dorénavant plutôt gaffe à ce que nous publions), nous pouvons aussi aider L’irrégulière de manière plus concrète en l’aidant avec un pot commun. Pas la peine d’y passer votre salaire mensuel, mais un petit coup de pouce serait sans doute apprécié. Je ne peux m’empêcher de songer que cela pourrait nous arriver à tous et toutes… Brrrrr…

restau

resto2

resto3

 

Posté par liliba à 08:00 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,



Fin »