joyland-stephenking-lectures-liliba

 

00 coeur00 coeur

 

Envie de vous envoler sur la grande roue, de vous faire peur dans le train fantôme ou tout simplement de vous réjouir de toutes les attractions de Joyland ? Entrez, entrez et vous verrez… la diseuse de bonne aventure et tous les forains vous attendent pour vous faire passer un merveilleux moment !

Joyland, c’est le paradis. Le paradis pour les enfants avec ses attractions et ses jeux, sa folie, sa grandeur. Un monde où tout est possible, où on est heureux. Mais entre la Carolina Spin, la Maison de l'horreur ou le Thunderball, rode un souvenir. Celui de la jeune Linda Gray retrouvée morte des années plutôt, dont on dit que le fantôme hante encore les lieux…

Un fantôme qu’aimerait bien croiser Devin Jones, dit Jonesy qui débarque dans ce parc d’attractions d'Heaven's Bay en Caroline du Nord pour y travailler tout l’été. Ça ne va pas trop pour lui, même si à 21 ans, il aurait l’âge de l’insouciance. Il sent que sa petite amie le lâche, a du mal à faire un trait sur cette relation et est un peu paumé. Heureusement, il se fait vite des amis parmi les jeunes qui travaillent également comme saisonniers dans le parc, et surtout, il est envouté par l’ambiance qui règne ici, par les codes et le vocabulaire particulier qu’il découvre, par les forains aux personnalités complexes.

Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que cet été au paradis des enfants le marquera à jamais…

J’ai beaucoup aimé ce roman délicieusement nostalgique et les retrouvailles avec Stephen King, un des auteurs chouchous de mon jeune temps. Narrateur talentueux, il sait nous emmener dans l’univers des gens du voyage et de ce parc d’attractions assez magnétique, tout comme nous attacher aux nombreux personnages de l’histoire. J’ai cependant été un peu déçue que le roman ne soit pas plus « King » : je m’attendais à trembler d’angoisse, suer, tourner les pages avec frénésie et même si cette lecture m’a réjouie, je n’ai pas retrouvé l’univers pesant et souvent monstrueux et paranormal des romans de l’auteur, cette pincée de folie et de terreur qu’on attend de lui…

Alors, Joyland, un bon roman, oui. Mais un King qui laisse un peu sur sa faim !

Roman paru chez Albin Michel, (où vous pouvez lire le début), et que je remercie beaucoup de cet envoi.

0 challenge amoureux 20140 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 5