Sur cette terre, je bâtirai un empire...

284805039x

 

Miên est une jeune femme du Hameau de la Montagne, mariée avec Hoan, un riche propriétaire terrien qu'elle aime et qui lui a donné un fils. Ils sont heureux jusqu'au jour où, rentrant de la forêt où elle est allée en compagnie des autres femmes ramasser du miel, anxieuse sans raison, comme par pressentiment, elle se retrouve face à un attroupement dans sa propre maison : Bon, l'homme qu'elle avait épousé quatorze ans auparavant, dont la mort comme héros et martyr avait été annoncée depuis longtemps déjà, est revenu de la guerre, bel et bien vivant...

Sous la pression de la communauté, des traditions séculaires, et parce que Miên est une femme d'honneur et qu'elle doit se soumettre à ce qu'elle considère comme son devoir, elle décide de retourner vivre avec Bon, abandonnant la mort dans l'âme et le coeur déchiré sa belle maison, son mari et son jeune fils. Elle tente courageusement de reprendre une vie commune qu'elle avait oubliée, et de ne plus penser à son bonheur perdu. Mais Miên parviendra-t-elle à aimer cet homme devenu un étranger, pour lequel elle ne ressent tout d'abord que pitié et dégoût ?

Miên fait montre d'un courage, d'une tenacité et d'une droiture peu communes, et l'auteur nous livre un beau portrait de femme, dans toutes ses contradictions, sa profondeur, sa force et ses faiblesses. Bon, quant à  lui, seulement obnubilé par le désir de faire un enfant à Miên, désespéré par son impuissance, hanté par des fantômes venus tout droit des champs de bombes, est tour à tour terriblement attachant (et pathétique), ou bien horripilant dans sa folie et son entêtement. Par comparaison, Hoan apparaît au début du récit bien falot, mais on s'attache à lui lorsqu'il sombre dans la déprime après le départ de Miên, et qu'on le suit dans ses aventures rocambolesques dans le monde de la prostitution, puis tout au long de sa lente remontée vers un nouvel espoir de vie heureuse.

J'ai dévoré ce livre magnifique, et me suis totalement immergée dans ce pays méconnu (le Vietnam), si bien décrit par l'auteur. J'ai été littéralement transplantée dans les montagnes rudes, subjuguée par les descriptions bucoliques, ou bien par celles terrifiantes de la guerre, omniprésente dans le récit, et que Bon, même s'il en est revenu vivant, n'a jamais vraiment quitté, puisqu'il est malade, physiquement, mais aussi psychologiquement, marqué à jamais par les horreurs vécues.

Je ne peux que vous conseiller ce livre, tout à la fois passionnant, poétique, rude, intelligent... Un vrai coup de coeur ! Et qui vient de sortir en poche.

 

DUONG THU HUONG est née en 1947 au Vietnam. Militante, elle n'a cessé de défendre vigoureusement ses engagements démocratiques, au point finalement d'être exclue du parti communiste en 1990, avant d'être arrêtée et emprisonnée sans procès. Aujourd'hui, elle vit en résidence surveillée à Hanoi. Son oeuvre est publiée dans le monde entier : Terre des oublis est son sixième livre traduit en français.