La cave Natasha Preston

 

Des histoires de filles kidnappées, nous en avons déjà lu des dizaines. Mais dans La cave, le kidnappeur atteint des sommets de folie et vous allez frissonner autant de plaisir que d’angoisse… Car Trèfle, ainsi qu’il se fait appeler par les pauvres filles qui ont le malheur de croiser son chemin, collectionne les fleurs et accueille dans sa cave parfaitement aménagée avec tout le confort 4 demoiselles ! Aussi, lorsque la jeune Summer est enlevée et aussitôt rebaptisée Lilas, elle fait la connaissance de Rose, Iris et Violette, déjà emprisonnées, et ce depuis plus de 3 ans pour Rose ! Vous l'avez compris, les fleurs, ce sont les filles qu'il soustrait au vice et à la dépravation en les enfermant chez lui, pour empêcher que ne fane leur pureté...

La jeune Summer n’est cependant pas prête à se soumettre à la folie meurtrière de Trèfle et ne cesse d’espérer : ses parents, son frère ou son petit ami la retrouveront bien un jour, non ? Enfin, elle l’espère et s’efforce de ne pas trop penser et de se conformer autant que possible aux exigences maniaco-débiles de Trèfle.

Un sympathique thriller qui se lit d’une traite et que j’ai bien apprécié, même si j’ai trouvé quelques répétitions dans les réflexions des filles, sans doute parce qu’il se passe en huis clos et qu’au final, on tourne un peu en rond dans la cave, nous aussi. Dommage que l’aspect psychologique n’ait pas été poussé plus loin, ce qui aurait donné encore plus de corps au roman, notamment sur le syndrome de Stockholm dont semble souffrir Rose. De là à penser qu’il est un peu léger parce qu’il classé en Young Adult… De même, j’ai trouvé le dénouement un chouïa rapide, mais je vous rappelle que je suis un peu difficile en la matière…

J’ai en revanche beaucoup aimé l’écriture à 3 voix : celle de Summer/Lilas, celle de son petit ami et celle de Trèfle, qui donne du rythme à l’histoire.

 

Lu en version numérique grâce à NetGalley.