0 Challenge Ecoutons un livre Val lit

Challenge Ecoutons un livre chez Val Lit

Billet commun sur une idée de Saxaoul, avec Sandrine, Enna, Leiloona, Sophie, NouketteVal, Jérôme ? ...

 

Écouter un livre ? Il y a encore quelques années, cette pratique des livres audio était réservée aux aveugles et aux malvoyants qui n'avaient que cette possibilité pour accéder à la littérature, en dehors du braille. Et voilà que c'est devenu très tendance et que désormais tous les derniers romans sortis, ainsi que de nombreux essais et écrits de toute sorte se retrouvent en audio, à peine sont-ils parus en version papier.

Effet de mode ou nouvelle manière d'aborder la lecture ? Je ne saurais vous dire, mais toujours est-il que la pratique de l'écoute audio est très différente de la lecture, mais ne la supplante pas selon moi.

Quelques avantages : je trouve que l'écoute de romans est souvent bien plus vivante que ne le serait leur lecture, et qu'elle permet de les mettre réellement en valeur. Cela est vrai aussi bien pour des polars ou thrillers dont l'action est soutenue et qu'on n'a pas envie de lâcher que pour des romans plus "littéraires" ou d'autres au contraire qui sont très "parlés". D'autre part, l'écoute audio peut se faire dans de nombreuses circonstances : personnellement, je n'écoute mes livres audio que dans ma voiture et j'adore ça : bien moins fatigant que la radio où tout le monde braille et où les pubs sont incessantes et surtout assez prenant pour qu'un trajet ait l'air court, sans que l'attention à la conduite ne soit dérangée. J'ai aussi testé l'écoute en repassant, et c'est également assez sympa, l’esprit est entrainé dans l’histoire tandis que le corps effectue les gestes nécessaires sans penser (ce qui est plus compliqué quand on regarde la télé en repassant : à force de lever et rebaisser la tête sur les chemises de mon homme, mon rendement s’en ressent…). J’ai de plus fait un test en cuisinant et cela m’avait beaucoup plu. Mais il faut être seule à la maison, car c’est absolument horripilant d’être interrompue dans l’écoute toutes les 5 minutes par son homme ou ses enfants…

Je sais qu’Enna écoute aussi ses livres audio en faisant ses courses et certaines également en courant, ou bien en faisant leur ménage. Pour ma part, je pense que j’oublierai la moitié de ma liste de course ou bien que je ne retiendrai pas grand-chose de l’histoire… Quant au ménage, j’aime laisser mon esprit vagabonder au son de l’aspirateur, et c’est un moment où souvent, je me parle à moi-même (oui, Lili, c’est bien, c’est propre et ça brille, bravo Lili ! - la méthode Coué fonctionne très bien... et puis ce n’est pas ma charmante famille qui me fera un compliment sur la tenue de la maison !).

Mais pour une bonne écoute audio, un impératif : il faut aimer le lecteur ! Et ne pas s'arrêter aux 10 premières minutes, car on s'habitue généralement à un lecteur et à sa diction, son ton, son élocution, qui souvent collent parfaitement à l'action ou le thème du livre et ne nous dérangent plus dès lors qu'on est entré dans l'histoire.

Pour moins de blabla, je vais prendre des exemples concrets tirés parmi mes quelques écoutes (bien moins de que nombreuses blogueuses).

Prenons un texte à écriture très littéraire, comme le fantastique conte La mort du roi Tsongor de Laurent Gaudé. J’ai pour ce livre audio été transportée autant par l’écriture de Gaudé, mon chouchou d’entre les chouchous, que par la belle voix profonde de Jean-François Garet, acteur de théâtre et à mon goût lecteur vraiment talentueux. Il est sobre, mais sa voix vibre avec une force et une densité qui correspond parfaitement à la noirceur de l’histoire. Un bonheur ! J’avais lu le roman il y a quelques années, et à travers son écoute, j’en ai découvert d’autres facettes, si bien que j’ai envie de le lire à nouveau… (oui, je sais, ça va être sans fin, cette histoire, ce n’est pas comme ça que je vais réduire ma PAL !).

Dans Atom(ka) de Franck THILLIEZ, la narration de Michel Raimbault m’a au tout début plutôt déplu. Je l’ai trouvée sèche, cassante, un peu abrupte, sans chaleur. Mais au fil de l’écoute, j’ai réalisé qu’elle correspondait parfaitement à cette histoire violente, dure, où l’action est parfois rapide et terrifiante. De même pour La maison d'à-côté de Lisa GARDNER, un livre audio lu par Elodie Huber qui de sa voix douce laisse parfaitement planer le mystère qui entoure la disparition de l’héroïne, une jeune maman.

Parfois, l’audio revalorise incroyablement l’écrit. Il lui donne plus de corps, de présence, et c’est notamment souvent le cas pour les romans dans lesquels il y a de très nombreux dialogues. Je n’avais aucune envie de lire le fameux Harry Quebert, mais j’ai pris un plaisir immense à son écoute. Le narrateur arrive avec un art éprouvé à passer d’un personnage à l’autre, l’histoire s’envole et l’on ressent encore plus l’imbroglio de incroyable aventure, de même que la construction du roman, extrêmement originale. Pour autant, le style de l’auteur n’est pas merveilleux à mon goût, mais la vivacité de la narration fait que cela passe beaucoup mieux. Certaines tournures de style m’auraient sans doute écorché l’œil à la lecture… J'ai par exemple adoré le personnage de la mère, qu’on imagine hystérique et totalement soulante, et me suis surprise à rire tout en écoutant. Billet un de ces jours... 

Le cas a été similaire pour l’écoute de Je vais passer pour un vieux con de Philippe DELERM, qui est bien léger et ne m’aurait très certainement pas pu en lecture traditionnelle. Là, avec Pierre Arditi, j’ai fondu… Arditi ne lit pas, il joue, il rit, pleure, rage, gronde… Fermez les yeux et vous l’imaginerez sur scène ! (enfin, pas pendant que vous conduisez, hein !). Il a réussi à me faire rire plusieurs fois, et ce n’est pas tant à cause du texte, gentillet, que grâce à sa manière très théâtrale de l’interpréter, de le mettre en valeur. J’avais eu le même bonheur d’écoute avec Les mauvaises lectures de Eric-Emmanuel SCHMITT, une histoire sympathique, mais qui devient vraiment un délice racontée par Arditi…

Et parfois, eh bien parfois, ça ne passe vraiment pas… J’écoute en ce moment Monster de Patrick Bauwen et c’est… atroce !!! Déjà, le roman est plutôt mal écrit, au présent et sans style, mais en plus le lecteur (je n’ai pas regardé qui c’est , je me réserve la surprise pour mon billet !) a la très mauvaise idée de changer sa voix pour chaque personnage : voix de blondasse stupide pour les femmes, voix débile et gnognote pour les enfants, tentative de voix caverneuse pour les méchants… C’est ridicule ! Mais comme je suis un peu maso, je continue l’écoute, en pestant… J’essayerai de vous faire des copies audio pour quelques extraits, ça vaut son pesant de cacahuètes ! 

Bref, le livre audio et moi, ça se passe en général plutôt bien. Cette manière de lire ne remplacera jamais la lecture papier, tout comme le numérique, mais au contraire est un intéressant dérivatif pour de nouvelles lectures, et surtout de nouveaux moments pendant lesquels on peut « lire » au lieu de ne rien faire : et cette idée me plait vraiment !!!