Ainsi résonne l’écho infini des montagnes – Khaled Hosseini Lectures de Liliba

Dans les pays pauvres, il n’est pas rare qu’on sépare les enfants de leur famille quand on ne peut plus les nourrir ni subvenir à leurs besoins. C’est ce qui arrive à Pari, séparée de son frère Abdullah alors qu’elle a à peine 4 ans, qui se retrouve placée dans une riche famille de Kaboul. La fillette grandira en oubliant ses racines, persuadée d’être la fille de ses parents adoptifs, même si elle a parfois des sortes de flashs et comme un manque…

De son côté, le frère ne la retrouvera pas, même si sa vie s’est comme écroulée le jour où ils ont été séparés. L’auteur nous fait voyager du petit village afghan pauvre des enfants dans les années 50, à Kaboul, puis à travers le monde, en Californie, à Paris ou sur une petite ile grecque, suivant tour à tour le frère et la soeur, mais aussi d'autres personnages. Et c’est d’ailleurs un des points qui fait que je n’ai pas trop accroché à ce roman, m’attendant à découvrir comme dans les deux précédents ouvrages de Khaled Hosseini l’Afghanistan et ses coutumes. Certes, on vit avec Pari la montée de la violence et de l’intégrisme dans Kaboul, la guerre et ses conséquences atroces, mais à mon goût, sans y être vraiment. Et surtout, les différents narrateurs de cette histoire étalée sur plus de cinquante ans diluent le récit, que j’ai trouvé loooong, vraiment trop long. Il y a de plus de très nombreux personnages secondaires qui à mon sens n’ajoutent pas grand-chose au fond de l’histoire et ne font qu’alourdir le récit, à tel point qu’on ne sait parfois plus vraiment de qui il s’agit.

Une grosse déception…

0 Challenge des iles Géraldine0 Challenge Petit bac 20140 Challenge Rentrée littéraire 2013

Merci à Athomedia et aux éditions Belfond.