Le prédicateur - Camilla Läckberg Lectures de Liliba

 

00 coeur

Il y a quelques mois, j’avais lu La princesse des glaces et plutôt bien aimé, j’ai donc décidé de continuer tranquillement la série de Läckberg mettant en scène le personnage d’Erica Falck et de son compagnon le commissaire Patrik Hedström.

Avec ce second opus, nous sommes de retour à Fjällbacka, où est découvert le cadavre d'une femme, sous lequel on retrouve également deux squelettes, donc des morts bien antérieures… Patrik découvrira qu'ils appartiennent à deux femmes disparues vingt-quatre ans plus tôt, de même qu’il fait la connaissance de la famille Huit, dont le patriarche, un drôle de bonhomme au charisme incroyable, magnétisait les foules avec ses deux garçonnets, dont il affirmait qu’ils étaient dotés de pouvoirs. En plus de tout ça, une jeune fille a la bonne idée de disparaître… pas bon pour le tourisme, tout ça, croyez-moi !

Bon, soyons honnêtes, ça se lit bien, c’est agréable et l’enquête est assez complexe pour que le lecteur ne devine pas tout avant le milieu du bouquin, mais je m’interroge encore et toujours sur le succès interplanétaire de cette auteur. C’est du polar sympa, ok, mais pas non plus le must en la matière, loin de là ! J’ai en revanche moins remarqué le style pourri sur ce tome que dans le premier : sans doute la traduction a-t-elle été améliorée (bon, ce n’est pas Vargas non plus…).

Deuxième petite réflexion, Läckberg en fait un peu beaucoup à mon goût : un meurtre, deux squelettes, une disparition… et je n’ose pas imaginer le nombre d’affaires qui vont arriver dans le même bled dans les prochains opus ! À croire que ce coin paradisiaque de Suède est maudit ! Étrange, car on se demande par ailleurs si Camilla Läckberg n’est pas sponsorisée par l’office du tourisme local

 

Et ma réflexion majeure sur ce roman : autant nous avions froid dans le premier tome, autant l’été est chaud (fait-il donc si chaud en Suède ?), mais chaud ! Ce pauvre Patrick transpire comme s’il était en plein désert du Ténéré et ne parlons pas d’Erica qui semble devoir mourir sur place ! Il faut dire qu’elle est enceinte jusqu’aux dents, et qu’on connait, la chaleur et la grossesse ne font pas bon ménage. Mais là, je me dois tout de même de mettre mon grain de sel de commentaire ! Je suis très étonnée, et même assez ébahie de ce que l’auteur donne à penser de la femme et de la grossesse ! Moi qui pensais les suédoises libérées et modernes, j’ai du mal à croire que la description de Läckberg soit représentative de la majorité féminine, ou alors c’est bien triste ! En effet, il faut chaud, on l’a dit (mais enfin, quand même pas 40°, hein !) et Erica se traine comme un éléphant, ne cesse de se plaindre, s’écoute parler, bref elle est carrément insupportable ! On a l’impression qu’être enceinte est une corvée atroce, elle n’est même plus capable de laver deux assiettes, s’affole de recevoir un cousin et sa famille (bon, c’est vrai qu’ils sont super mal élevés, mais on peut cadrer, non ?), enfin c’est une vraie serpillère de bonne femme qui s’écoute et qui prend son homme pour une boniche alors que lui bosse comme un fou ! Elle, bien sûr, ne fait rien de ses journées, elle ne travaille plus (alors qu’entre vous et moi, elle est écrivain, elle peut bosser jusqu’à la veille de l’accouchement !), ne lit pas et fait sa chi*use tout du long : à gifler !

Un bon point cependant pour ce roman : Läckberg s’attache à décrire de manière intéressante et assez complète chaque membre de la famille Huit, et Dieu sait qu’ils sont vraiment différents puisque la famille s’est scindée en deux branches diamétralement opposées. Nous avons aussi une tripotée de non-dits et secrets de famille qui ressortent au grand jour, ce qui bien sûr n’est pas du goût de tout le monde…

Et puis, rassurez-vous, je râle, mais j’ai continué à lire la série, dont je vous parlerai très bientôt !

Capture suède

0 Challenge amoureux 2013-0010 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 40 Challenge Voisins-Voisines 20130 Challenge des iles Géraldine