Le marchand de biens Alice Seelow Lectures de Liliba

Même ceux qui vivent en province savent combien il est difficile de trouver un appartement à Paris et le parcours du combattant que cela représente pour dénicher enfin le logement bien situé, abordable et dans lequel on se sentira bien… Quand Max visite cet appartement de la rue de la Clef, il est tout de suite convaincu que c’est celui de ces rêves, et que c’est là et nulle part ailleurs qu’il lui faut s’installer avec son épouse et leur bébé à venir. Las, il découvre qu’il a été devancé par un client étrange auquel le marchand de biens (assez bizarre lui aussi) a déjà promis le logement. Il se persuade d’être l’objet d’une machination et cet appartement devient une idée fixe. Il le veut, il va tout faire pour l’avoir.

Sur cette trame assez légère vient s’installer une atmosphère pesante, très mystérieuse, dérangeante, même. Marc est la proie d’obsessions qui le rendent presque fou, mais on peut le comprendre tant les personnages qui l’entourent – l’acheteur, le marchand de biens, sa fille qu’il va bientôt rencontrer – sont eux-mêmes déconcertants. Certes, ils ressemblent aux gens que l’on peut croiser ici ou là dans notre vie quotidienne, mais on a l’impression qu’ils sont insaisissables, un peu fantastiques, fantomatiques. On dirait même que l’immeuble se ligue contre lui, ou bien n’est-ce qu’une hallucination supplémentaire ?

Car Max ne se soucie plus de rien sauf de cet appartement qui le hante. Il oublie quasiment sa femme et l’enfant à venir, n’a plus de pied dans le réel, ancré à son idée de campagne à Paris à l’ombre du fameux platane qui orne le jardin un peu sauvage que surplombe l’appartement. Cette recherche d’appartement est en fait bien plus qu’une simple recherche d’un nouveau toit…

Un roman étrange, assez déconcertant, mais plutôt sympathique. Original, en tout cas.

 

« Ah ! Quel bonheur de faire le bien ! Sans vouloir jouer trop facilement sur les mots, ni tourner les choses à mon avantage, tout marchand de biens est aussi marchand de bien, Madame, et se doit de posséder, outre la fibre commerciale, une âme de philanthrope ! ».

Un roman prêté par Jeneen. Lu également par Praline.

Challenge Petit Bac 2012

Catégorie métiers