Le_vertige_des_auteurs_Georges_Flipo_Lectures_de_Liliba

0_coeur

0_coeur

0_coeur

Présentation de l'éditeur :

Pour complaire à son patron qu'il vénère, Sylvain Vasseur se lance dans l'écriture. N'a-t-il pas tout pour devenir écrivain ? Tout : l'égoïsme, la foi en son talent, des admirateurs et groupies, et même un incessant soutien de la presse, peut-être quelque peu prématuré. Que lui manque-t-il, si ce n'est une œuvre ? De mesquines impostures en folles espérances, le voici parti à la conquête d'un destin littéraire. Mais sa compagne sera-t-elle tentée par une vocation de femme d'écrivain ? Pour les auteurs potentiels, ce livre constituera peut-être le premier exorcisme contre le démon de l'écriture. Avec un humour aussi noir que féroce, par petites touches d'une acide vérité, Georges Flipo brosse allégrement le portrait de ces millions de français qui possèdent un manuscrit dans leur tiroir. Le Vertige des auteurs les fera frissonner de plaisir ou d'effroi.
 

Quand approche la préretraite de Sylvain, il se réjouit de pouvoir enfin avoir le temps de faire tout ce qu'il aime : du vélo avec les copains ! Mais son patron ne semble pas du même avis et l'incite à écrire...

Croyant maîtriser une vraie plume (n'était-ce pas lui qui depuis des années répondait aux clients mécontents ?), notre auteur en herbe remise le vélo et oublie les amis pour se consacrer à sa nouvelle passion : écrire sur son bel ordinateur tout neuf. Il est persuadé d'être à tout le moins le prochain best-seller et entame une nouvelle vie, une vie d'Auteur.

Sa femme Arlette ne l'entend pas de cette oreille, plus lucide que lui sur ses capacités d'écriture, et surtout ne supportant pas un égocentrisme hallucinant et ses nouvelles lubies d'homme de lettres. Elle va donc continuer sa vie tranquille sans trop se soucier de son mari, qui lui empiète gaillardement sur la vie quotidienne et même l'espace puisqu'il réquisitionne la pièce dans laquelle elle collectionnait depuis des années ses broderies. Bientôt, le couple n'arrivera plus à communiquer, tant Sylvain entre dans sa lubie, se prend pour un créateur de génie, et la délaisse...

On se régale des relations de ces deux-là, même si la passion de Sylvain s'avère être dévastatrice, une idée fixe qui le transforme en un homme différent, qui devient insupportable au quotidien, tant son égo lui masque la réalité. Ce roman est absolument irrésistible de drôlerie, même si on rit un peu jaune devant ce qui devaient être les marches du succès et s'avère une pente bien savonneuse pour ce pauvre homme, persuadé d'être méconnu, mésestimé. On rit et on prend un peu pitié de lui, malgré tout. Et on adore l'écriture de George Flipo, qui bien qu'étant un auteur désormais reconnu (Qui comme Ulysse - Le film va faire un malheur - La commissaire n'aime point les vers - La commissaire n'a point l'esprit club) semble toujours ne pas trop se prendre au sérieux. Un régal d'humour décalé, parfait pour remettre les pieds sur terre de tous ceux qui veulent prendre un jour ou l'autre la plume !

 

Lu par Biblioblog, , Malice , Tamara, Laure, Schlabaya, Calou, CunéFlorinette ...

Le blog de l'auteur, en arrêt momentané. J'espère que c'est parce qu'il est en train de nous pondre un nouveau roman !

P1100729Vertige des auteurs, mais plaisir du lecteur !

Challenge_Petit_BacCatégorie Métiers