la_fille_de_son_p_re_anne_berest

Présentation de l'éditeur

Trois soeurs que la vie a éloignées se retrouvent chez leur père à l'occasion d'un dîner d'anniversaire. Dans la maison d'enfance, les souvenirs affleurent. Les gestes deviennent nerveux, les langues fourchent et les rancoeurs s'invitent autour de la table. Au dessert, un secret de famille est révélé. Une bombe à retardement qui va, sourdement, modifier le quotidien de chacune des filles. Un premier roman acéré, qui sonde les rapports doux-amers de trois jeunes femmes et d'un père.

L'ambiance familiale est lourde, pesante, porteuse de secrets, de rancoeurs, de jalousies... On se croirait presque chez Catherine Cusset dans La haine de la famille tant ces gens-là s'épient et ne se pardonnent rien...

La belle-mère, comme c'est souvent le cas, cristallise ces poussées de haine et c'est en sa présence que les drames éclatent, que volent les phrases acerbes et accusatrices, qu'explosent les non-dits et que se font les révélations qui briseront les unes et glisseront sur les autres. La soirée de Noël devient un cauchemar et l'on se plaît à se comparer : ouf, ça n'est pas comme ça chez nous, enfin, pas à ce point-là tout du moins !

Dans cette famille, Irène, l'aînée, est obsédée par l’idée que son père n'est peut-être pas son père. Certains détails de son enfance, des mots échappés le lui laissent en tout cas penser. On découvre donc chez elle un manque inavoué, un gros trou d'amour qu'elle comble avec son agressivité envers ses proches. Mais les apparences sont parfois trompeuses et les secrets cachent souvent d'autres vérités que celles qu'on imagine...

Tout est pesant, ici et j'avoue ne pas avoir beaucoup apprécié ce roman, même si l'auteur a vraiment bien su rendre cette atmosphère irrespirable de famille confinée dans ses contradictions et ses problèmes non exprimés. L'image de la mère flotte au dessus des trois soeurs réunies autour du père, mais elle pèse sur les épaules de tous au lieu de les auréoler de son amour.

Même si le dénouement est intéressant et si les sentiments des uns et des autres sont assez bien décrits, j'ai regretté que l'auteur n'aille pas plus loin dans l'analyse des caractères et surtout des conséquences que ces questions d'enfance ou de jeunesse auxquelles personne n'a jamais répondu laisseront sur leur vie d'adulte. Intéressant, donc, mais pas assez développé à mon goût, mais il faut préciser que c'est un premier roman, et c'est pourquoi je pense que je relirai probablement cette auteur. J'ai particulièrement détesté un passage un peu scato qui à mon sens n'a rien à faire avec l'histoire, et aucun intérêt, sauf à faire frissonner le lecteur de dégoût...

Un roman lu également par les blogueuses suivantes, un peu déçues elles aussi :

Clara : "Pour un premier roman, l’auteure possède un style mais je suis restée sur ma faim…dommage."

Laure : "Des phrases courtes, un style agréable, un roman lu d’une traite en une soirée… mais hélas il manque quelque chose pour en faire un roman plus marquant."

Mango : "On connaît les faits, les souvenirs, les discussions mais trop peu les émotions et les sentiments. Pourtant, tout ce qui fait un bon roman s’y trouve : le secret et  les rebondissements qu’il entraîne mais c’est trop maigre ! Il m’aurait fallu du plus consistant."

1pourcent_rentr_e_litt_raire