ville

 

A trente-quatre ans, Jim Vilatzer considère que sa vie s’enlise dans la médiocrité. Employé dans le delicatessen que ses parents, enfants d’immigrés russes, ont ouvert dans une banlieue de Chicago, échaudé par un échec sentimental, pris à la gorge par des créanciers, il suffoque et rêve d’un changement de décor. Lorsque l’opportunité lui est offerte de partir en Russie, il la saisit sur le champ. C’est ainsi que le jeune Américain s’installe à Moscou, où il est embauché par la Fondation de la mémoire pour recueillir des témoignages. Peu à peu, il se familiarise avec une ville inhospitalière qui ne ménage pas ses habitants, loin de se douter qu’en tombant amoureux de la belle Kaisa et en rencontrant d’anciens prisonniers, il sera mêlé à un complot d’envergure planétaire, au grand dam du gouvernement russe et de la CIA.

Ce thriller mené tambour battant est avant tout une déclaration d’amour à une ville chargée d’émotions et d’histoire ainsi qu’une réflexion tout en finesse sur le déracinement et l’identité familiale.

 

A l'instar de nombre de blogueurs déjà répertoriés chez Bob, j'ai un avis un peu mitigé sur ce livre. Le "thriller mené tambour battant" promis par la 4ème de couv n'est malheureusement pas au rendez-vous, loin s'en faut. L'histoire a un peu de mal à démarrer et prendre sa vitesse de croisière et les rebondissements ou évolutions de l'histoire sont pour moi un peu trop prévisibles et un peu "lourds".

 

J'ai par contre énormément aimé tout ce qui touche à la description que fait l'auteur de la Russie, de Moscou en particulier et des habitants de ce pays fascinant. Un pays que je ne connais pas du tout, ou alors un peu seulement grâce à la littérature, mais un pays si immense, si riche, si dense qu'il m'attire et me laisse perplexe à la fois, comme un aimant qu'on changerait de coté suivant ce dont il est question. Je ne sais pas si l'auteur connaît vraiment la Russie, ou bien s'il n'a écrit qu'à partir de documentation, mais on s'y croirait vraiment, il brosse une ambiance si particulière, des portraits d'hommes ou de femmes pas toujours flatteurs, mais on sent qu'il aime les gens dont il parle, qu'il respecte ce peuple fier et complexe, enfin, c'est l'impression que j'ai eue...

Bref, une intrigue qui a mon avis est un peu légère (et compliquée également, c'est parfois un peu tiré par les cheveux...), mais des portraits de personnages et de lieux vraiment intéressants. J'ai aimé la nostalgie de Jim par rapport à cette Russie dont il n'avait entendu parler que par ses grands-parents, mais qu'il a intégrée en lui, j'ai aimé ce sentiment de reconnaissance qu'il ressent pour ce pays, dont j'aime la folie et la démesure.

 

Un livre offert par Suzanne de Chez les filles et les Editions du Seuil, que je remercie pour cette découverte. 

   

   _ditions_du_seuil       chez_les_filles